Cours de français, exercices, concordance des temps : passé, présent et futur
Cours et exercice de français - La concordance des temps

Orthographe

Concordance des temps

imprimer la fiche
Exercices d'anglais
Les cours de français concours, au collège ( 6ème, 5ème, 4èmeet 3ème) et au primaire (cm2, cm1, ce2, ce1, cp)

La concordance des temps permet de situer l'action de la proposition principale par rapport à la proposition subordonnée. Nota : la proposition subordonnée est souvent introduite par la conjonction de subordination que.

 

Voici tout d'abord, un schéma pour bien vous repérer dans les différents temps...

 

Schéma pour la concordance des temps

 

OrthographePréambule

La concordance des temps peut présenter certaines difficultés, aussi faut-il rappeler et préciser certains éléments avant de nous lancer. Mais il est important de vous fier à votre oreille et à votre intuition linguistique.

  1. Comment l'action est-elle présentée ? Action accomplie ou en cours de réalisation ?

Une action peut être présentée comme :

  1. A quel mode est la subordonnée ?

Il faut distinguer trois modes :

  1. Quelle est la chronologie des actions ?

Le temps employé dans la subordonnée est fonction du moment où l'action se déroule en rapport avec les autres actions de la phrase. Il faut distinguer quatre cas :

 

On peut distinguer différents cas :

    1. Les deux actions sont simultanées. Les actions de la proposition principales et celles de la subordonnée se produisent au même moment.
      • Dans ce cas, on doit utiliser le MEME TEMPS dans la proposition principale et la subordonnée. Par exemple, un présent s’emploiera avec un présent, un imparfait, avec un imparfait, etc.
        • Il pense (présent) que je l'aime (présent).
        • Je jouerai (futur simple) au football quand j’en aurai (futur simple) envie
    2. La subordonnée exprime un fait antérieur au temps de la principale. Tout se passe comme si l'on remontait le temps d'un cran. À chaque temps simple correspond un autre temps qui permet d'exprimer l'antériorité, ainsi :
      • Présent Il pense (présent) que tu as mangé (passé composé)
      • Il pensera (futur) que tu auras mangé (futur antérieur)
      • Il pensait (imparfait) que tu avais mangé (plus-que-parfait)
      • Il pensa (passé simple) que tu eus mangé (passé antérieur)
    1. La subordonnée exprime un fait postérieur au temps de la principale. Tout se passe comme si l'on avançait d'un cran vers le futur. La subordonnée exprime un fait qui se passe APRES celui exprimé par la principale.
      • Le temps de la principale est le présent ou le futur
        • Il pense (présent) que tu mangeras (futur)
      • Le temps de la principale est au passé
        • Il pensait (imparfait) que tu mangerais (conditionnel présent)
        • Il a pensé (passé composé) que tu mangerais (conditionnel présent)
    2. Un fait à lieu pendant qu'un autre survient. Dans ce cas, on utilise le couple imparfait / passé simple (narration), ou imparfait / passé composé (discours direct ou oral)
      • Je mangeais (imparfait) dans la cuisine quand il arriva (passé simple)
      • Je mangeais (imparfait) dans la cuisine quand il est arrivé (passé composé)
    1. Au mode conditionnel : la subordonnée est introduite par SI

    Pour exprimer la condition, principale et subordonnée sont à l'indicatif.

    1. Si la subordonnée est au présent, la principale sera au futur
      • Si tu manges, tu ne seras pas malade
      • Si tu dors, tu réussiras
    2. Si la subordonnée est à l'imparfait, la principale sera au conditionnel présent
      • Si tu mangeais, tu ne serais pas malade
      • Si tu dormais, tu réussirais
    3. Si la subordonnée est au plus-que-parfait, la principale sera au conditionnel passé
      • Si tu avais mangé, tu n'aurais pas été malade
      • Si tu avais dormi, tu aurais réussi

    Attention, « les si n'aiment pas les -rais ». En effet, c'est comme si vous écriviez deux fois SI. On n'écrit pas et on ne dit pas : Si j'aurais... mais si j'avais ; Si je ferais mon travail.... mais si je faisais mon travail...

     

    1. Au mode subjonctif, quel que soit le temps du verbe de la principale.
      1. Si le temps de la subordonnée marque la postériorité ou la simultanéité alors on emploie le présent du subjonctif :
        • J'apprécie qu'il mange
        • J'ai apprécié qu'il mange
        • J'apprécierais qu'il mange
      2. Si le temps de la subordonnée marque l'antériorité, alors on emploie le passé du subjonctif
        • J'apprécie qu'il ait mangé
        • J'apprécie qu'il soit sorti